SoutenanceRecherche

Soutenance de thèse de Reza Maleki Sedghi

le 4 juillet 2017
doctorat-illustration2-18.jpeg
à 14h00
Salle des actes, bâtiment Stendhal - Université Grenoble Alpes
Titre de la thèse : "Narration hantée dans le roman britannique du 21e siècle" Titre de la thèse en anglais : "Haunted Narration in the 21st Century British Novel"
Le jury est composé de :
M. Christian GUTLEBEN, Université Nice Sophia Antipolis, Examinateur
Mme Susana ONEGA, Universidad de Zaragoza, Examinateur
Mme Caroline BERTONÈCHE, Université Grenoble Alpes, Examinateur
Mme Pascale TOLLANCE, Université Lumière-Lyon 2, Rapporteur
Mme Vanessa GUIGNERY, ENS de Lyon, Rapporteur
Mme Catherine DELMAS, Université Grenoble Alpes, Directeur de thèse


Résumé de la thèse en français :
Cette étude vise à mieux comprendre le traumatisme et la hantise qui est concomittante, comme le montrent spécifiquement The Pregnant Widow (2011), Wish You Were Here (2012) et The sense of an Ending (2011), les récits qui en découlent et qui font allusion au sentiment contemporain des crises existentielles mondiales. Nous avons analysé les implications du traumatisme et de la spectralité dans l'économie narrative comme étant le reflet d’ implications sociales et culturelles plus vastes. Nous avons cherché à démontrer comment la spectralité et la « possession » par le traumatisme représentent non seulement une lutte psychique interne pour « perlaborer » le traumatisme, mais aussi la façon dont cette lutte affecte et altère les notions profondes de subjectivité des protagonistes. Nous avons étudié comment les différentes manifestations du traumatisme sont (re)présentées dans le texte et comment les manifestations textuelles du traumatisme prouvent ou contredisent certains points de vue établis sur le traumatisme dans le milieu universitaire au cours des trois dernières décennies. En outre, nous avons étudié la dynamique découlant de l'interaction textuelle entre la narrativité et le traumatisme, car la narrativité est un élément visiblement mis en avant-plan dans les romans du corpus. Notre préoccupation était de savoir si l'interaction entre fiction et trauma permet à la littérature de richement élaborer le traumatisme au-delà de sa conception comme un vide cognitif et si la mise en avant métafictionnelle de la narrativité permet d’aller au-delà de la révélation postmoderne de la réalité comme une construction fictive. Le traumatisme, personnel ou collectif, est représenté comme la force affective qui déclenche une réflexion subjective universelle. Le résultat de cette enquête psychique est un réexamen de la subjectivité et une prise de conscience de l’existence composée d’êtres interconnectés et donc responsables. Ces romans problématisent une période contemporaine en crise profonde et souscrivent à une vision du monde immanente. L'univers représenté dans ces romans évoque un seul corps vulnérable, appelant à la sensibilité et à l’éthique. De plus, ils réaffirment la nature de la subjectivité relayée par des constructions sociales fictives, mais ils avancent également que les récits provisoires et revisités du traumatisme sont la seule voie vers l'avant pour « perlaborer » le trauma.
Mots clés en français : Narration, roman britannique, affect, spectralité, devenir-autre, traumatisme

Localisation

Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
Salle des actes, bâtiment Stendhal - Université Grenoble Alpes
Mis à jour le 18 juillet 2018