SoutenanceRecherche

Soutenance de thèse de Lucie Genay

le 18 septembre 2015
doctorat-illustration2-18.jpeg
à 9:00
Université Stendhal Grenoble 3
Titre de la thèse : "La conquête scientifique du Nouveau-Mexique: héritage local du Projet Manhattan 1942-2015"
En novembre 1942, le Général Groves, responsable militaire du Projet Manhattan et Robert Oppenheimer, futur directeur du laboratoire secret de Los Alamos sélectionnèrent la Los Alamos Ranch School au Nouveau-Mexique pour la mise en place du premier centre de recherche atomique. Le site fut intégré au Projet Manhattan qui mit au monde la bombe atomique. Los Alamos fut le point de départ de la troisième conquête du Nouveau-Mexique (après les conquêtes espagnoles et américaines) : une conquête scientifique. Le développement de l'Eldorado nucléaire nouveau-mexicain se manifesta dans l'après-guerre par l'établissement de nombreuses installations militaires et industrielles liées à la recherche et au développement nucléaire. A l'instar de la ruée vers l'or dans les années 1850, le boom nucléaire entraîna de forts flux migratoires vers la « Terre de l'Enchantement » : les pionniers de l'ère atomique (physiciens, chimistes, ingénieurs etc.), attirés par les promesses d'emploi, s'aventurèrent ainsi vers l'ouest. Los Alamos est devenu le troisième comté le plus riche des États-Unis (Magasine Forbes, 2013), avec l'une des plus grandes concentrations de docteurs au monde, dans un état parmi les cinq plus pauvres du pays : cette ambivalence est la preuve que l'avènement de l'industrie nucléaire a profité très inégalement à ses participants. Cette thèse étudie l'impact du Projet Manhattan sur l'état du Nouveau-Mexique du point de vue des populations locales qui on accepté un pacte faustien avec la science, l'armée et le gouvernement américain lors de la Seconde Guerre Mondiale et en ont progressivement découvert le prix pendant et après la Guerre Froide.

Localisation

Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
Université Stendhal Grenoble 3
Mis à jour le 19 juillet 2018