Journée d'étudeRecherche

Le « politiquement correct » : tabous, normes, transgressions

3 octobre 2019 - 4 octobre 2019
de 13h00 à 18h00 (le jeudi 3 octobre)
de 9h00 à 13h00 (le vendredi 4 octobre)
Journée d’étude co-organisée par Dominique Dias (UGA, ILCEA4) et Emmanuelle Prak-Derrington (ENS de Lyon, ICAR).
L’expression « politiquement correct » est dérivée de l’anglais américain Political Correctness (PC) ou politically correct. Utilisée massivement par les mouvements contestataires à partir des années 1960 aux Etats-Unis, importée en Europe dans les années 1990, elle a acquis aujourd’hui le statut de formule, et se décline en « écologiquement correct », « sexuellement correct », voire « animalement correct », etc.

On constate un net clivage dans son utilisation : d’un côté, les défenseurs du PC qui promeuvent les formes d’interventionnisme dans la langue comme autant de manières de visibiliser et de valoriser des groupes perçus comme sous-représentés ou discriminés ; de l’autre côté, ses détracteurs, qui voient dans le PC au mieux une forme de langue de bois bien-pensante, au pire une tentative de manipulation et de désinformation.

Cette journée d’étude propose d’engager la réflexion sur les aspects suivants liés à la pratique du PC :
  • Les différentes formes d’interdits culturels et sociaux qui ont pris la forme d’interdits verbaux et la propriété du langage à ne pas exprimer les choses « directement ». L’interdit dont sont frappées certaines dénominations et l’instauration prescriptive de nouvelles désignations imposent des parcours référentiels susceptibles de modifier la conception et la perception du réel.
  • On pourra par conséquent s’interroger sur la façon dont le PC, en instaurant de nouvelles normes linguistiques, prétend modifier les normes sociétales. Quand cette modification est motivée par une volonté délibérée de tromper et de masquer, le PC s’inscrit alors dans la problématique du doublespeak.
  • Enfin, la transgression du tabou conduit à poser la question du politiquement incorrect. Qu’elle prenne la forme d’écarts discursifs ou bien qu’elle soit réalisée sur le mode de l’humour, cette transgression peut être à la fois perçue comme une libération dangereuse de la parole ou comme l’expression d’une nécessaire impertinence.
L’objectif de cette journée d’étude est de montrer les limites de l’étiquette PC, et de poser la question du tabou, des normes linguistiques et de leur transgression.

Localisation

Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
MSH Alpes
Mis à jour le 1 juillet 2019