Recherche

Plans for Tonight: A Comparative Study of Subcultural Resistance in San Francisco and London
Pour de nombreux observateurs, les métropoles de San Francisco et Londres sont associées aux politiques urbaines néolibérales.
Suite à la crise financière de 2008, elles  ont été présentée comme exemples frappants de "dépossession" urbaine, pour reprendre les propos de David Harvey (2008), en d'autres termes la marginalisation ou le déplacement contraint de populations qui y vivaient de longue date, au profit de nouveaux résidents, plus aisés, au travers d'un processus de gentrification. 
Au cours des dernières décennies, cette tendance a largement été soutenue par les décideurs dont l'un des principaux objectifs était d'attirer des investisseurs, en particulier dans dans le domaine de l'immobilier. L'une des conséquences de ces processus a été l'effacement d'une forme de diversité et de richesse culturelle qui a certes contribué à stimuler l'investissement mais n'en a pas moins creusé les inégalités. 
A San Francisco, des habitats de fortunes sont érigés à proximité de tours de logements de luxe et de bureaux flambants neufs. A Londres, les moins aisés mais aussi les classes moyennes et de nombreuses entreprises peinent à se loger et à s'implanter, tant le prix de l'immobilier est devenu prohibitif. 
Ce projet de recherche s'intéresse à la manière dont différents acteurs, en particulier culturels, se mobilisent pour défendre leurs intérêts et leurs activités dans un climat de dépossession. Il s'appuie sur une équipe de chercheurs alliant différents champs disciplinaires (histoire, urbanisme, sociologie). L'objectif est de comprendre 
- comment le milieu punk de San Francisco a, depuis les années 1970 et 1980, généré et incarné une forme de critique radicale de l'Amérique, à une époque marquée par l'instabilité politique, en menant un combat contre les mutations foncières, immobilières et plus généralement urbaines
- comment différents acteurs londoniens oeuvrent aujourd'hui pour la sauvegarde de la culture nocturne, en particulier des boîtes de nuit diffusant de la musique électronique. Les trois grands types d'acteurs mobilisés sont les propriétaires et gérants de clubs;  les producteurs de musique électronique, en particulier issus du courant 'acid techno' très présent à Londres, les organisateurs de soirées; les collectivités publiques, au premier rang desquels la Ville de Londres. 
Mis à jour le 9 juin 2022