Contenu

[ Université Grenoble Alpes ]

Recherche avancée

ILCEA4 ILCEA4

Accueil > Publications > Ouvrages de nos chercheurs


  • Version PDF

Droit des femmes, droit des autres: Des féministes britanniques face aux autres exclus de la citoyenneté (1860-1930)

Mis à jour le 2 mars 2015

droits des femmes.jpg
Auteur(s)
Véronique Molinari
Prix
20 euros
Paru le
14 mai 2012
Références
978-2845165021
Type
Livre

Résumé

La lutte féministe qui s'organise en Grande-Bretagne à partir de la fin des années 1850, se durcit à la veille de la première guerre mondiale puis décline après l’obtention du droit de vote à égalité avec les hommes en 1928, s’inscrit dans un contexte qui correspond, d’un point de vue géopolitique, à la fois à l’apogée de la puissance coloniale britannique et à l’amorce de son déclin.

Description

L’Empire, qui, de façon générale, joue un rôle crucial dans l’élaboration de l’identité des colonisateurs tout autant que dans celle des colonisés, n’est, de fait, pas sans incidence sur cette première vague féministe. C’est en partie en vertu de leurs responsabilités philanthropiques, « civilisatrices » et éducatrices que celles qui luttent pour les droits des femmes au tournant du siècle cherchent ainsi à légitimer leurs revendications politiques. Dans le même temps, le pays est agité par de multiples revendications politiques et sociales sur lesquelles celles-ci ne peuvent manquer d’avoir une opinion.
En replaçant les idéologies féministes britanniques dans leur contexte, et à travers différents cas de figures, le présent ouvrage cherchera à déterminer de quelle façon les allégeances politiques, mais également d’autres facteurs, tels que l’appartenance sociale et régionale/ nationale, ont été susceptibles de guider certaines prises de position et comment les féministes ont pu percevoir et se positionner vis-à-vis d’autres exclus de la citoyenneté, opprimés ou citoyens de deuxième ordre, qu’ils soient ouvriers, esclaves ou colonisés.
Sommaire Introduction Véronique MOLINARI – Le mouvement abolitionniste féminin britannique face à la Guerre de Sécession – d'une prise de position tardive à l'engagement des réseaux féministes naissants Françoise ORAZI – Droits des femmes et droits des Boers : la polémique sur les camps de concentration en Afrique du Sud Elizabeth GAUDIN – Margaret Cousins : de Dublin à Madras Wilma BOISNARD – « Travailler pour les autres » : Sylvia Pankhurst, une rebelle aux multiples causes Martine SPENSKY – Louisa Knightley of Fawsley et les Dames de la revue The Imperial Colonist posent sur « les autres » leur regard maternel : 1902-1914.

If women s interest and participation in the advancement of science has a long history, the academic study of their contributions is a far more recent phenomenon, to be placed in the wake of 'second wave' feminism in the 1970s and the advent of women s studies which have, since then, given impetus to research on female figures in specific fields or, more generally speaking, on women s battles to gain access to knowledge, education and recognition in the scientific world. These studies while providing a useful insight into the contributions of a few more or less well-known figures have mostly focused, however, on the obstacles that women have had to overcome in the field of education and employment or in their quest for acknowledgement by their male peers. The aim of this volume is to try and approach the issue from a different and more comprehensive point of view, taking into account not only the position of women in science, but also the link between women and science through the analysis of various kinds of discourse and representation such as the press, poetry, fiction, biographies and autobiographies or professional journals including that of women themselves. The questions of the presentation or re(-)presentation of science by women are thus at the core of this study, as well as that of the portrayal and self-portrayal of women in the sciences (whether in the educational, or the professional field). A final part examines how women are represented in science fiction which, like science itself, has traditionally been a field dominated by men.

Informations complémentaires

Support livre : broché
Nombre de pages de contenu principal : 188
Format : 14 x 22 x 1 cm

  • Version PDF

Rechercher

d'un document

ILCEA4 - Université Grenoble Alpes - UFR Langues étrangères
CS 40700 - 38058 GRENOBLE CEDEX 9 - Tél. : +33 (0)4 76 82 68 56